Afrique

De Windhoek à Sesriem: porte de Sossusvlei et du désert du Namib

Pin
Send
Share
Send


Nous continuons avec les histoires de Voyage de 15 jours en Namibie nous avons fait en août 2016. À cette occasion, nous partons de Windhoek, la capitale de la Namibie, pour aller à Sesriem: passerelle vers Sossusvlei et à Désert du Namib.

Ce jour-là nous devions aller à Sesriem où nous passerions les deux prochaines nuits. Nous ne savions pas quelle était la meilleure route pour atteindre Sesriem et, après avoir consulté plusieurs sources, nous avons pris l'itinéraire que nous détaillons dans l'histoire. Malheureusement, ce n’est pas la route la plus facile d’accès de Windhoek à Sesriem. L'itinéraire le plus sûr est expliqué à la fin de l'article.

A six heures et demie, nous avons quitté le Camp urbain et à 7h40 nous étions à Rebohot. Nous nous sommes arrêtés à la station-service Puma pour deux cafés et un beignet (48 $). Nous en profitons également pour remplir le réservoir (300 $) et mettre la pression de la roue sur la bonne voie. De là, nous devions prendre la route C24 en direction de Sesriem. Nous ne savions pas exactement combien de temps cela prendrait et c'est pourquoi nous voulions partir avec beaucoup de temps.

Quelques minutes après avoir quitté la station-service (8h12), nous trouvons le détour de la C24 en direction de Klein Aub. Là l'asphalte se termine et la piste commence. Un Klein Aub indique qu'il y a 90 km. Au début de la route, la vitesse maximale autorisée est de 80 km, mais plus tard, elle atteint 100 km. Nous ne dépassons pas les 60-70 km car la piste est en assez bon état, mais elle accumule beaucoup de sable et de cailloux et avec une voiture de ville, il faut faire preuve de prudence. Nous sommes arrivés à Klein Aub à 9h40. C'est une petite ville avec des maisons dispersées. La route n’indique rien, nous continuons donc tout droit jusqu’à atteindre une déviation. Si nous allions tout droit, nous allions sur une route départementale en direction de Rietog, mais comme nous ne savions pas dans quel état cela allait être, nous avons tourné à droite et avons poursuivi sur la C24. (C'est là où nous nous sommes trompés).

C'est là que nous avons commis l'erreur. Nous devions prendre la M47 et continuer sur la C24.

À 10h11, nous avons trouvé un autre détour. Cette fois je pointais déjà Solitaire par le C24. Nous continuons sur cette route, qui est un peu pire, pendant 41 km.

La route serpente comme un serpent fou, un terrain de collines rocheuses très rapprochées et de belles nuances allant du ocre clair au rougeâtre intense. C’est une montagne russe de descentes soudaines et de montées de forte pente qui se terminent par des courbes angulaires à travers lesquelles nous avons vite compris qu’il nous fallait beaucoup voyager. beaucoup fais attention Sinon, il est très facile pour le gravier de vous faire déraper dans une courbe et la voiture s’étend sur une petite falaise inclinée.

Monter une pente de gravier sans vouloir toucher le côté où la route descend en pente raide pendant que vous priez pour qu’il n’y ait pas de voiture qui se déplace dans la direction opposée de l’autre côté est une expérience plutôt désagréable. Et après l'une de ces descentes raides avec le pied sur le frein, nous sommes tombés sur un immense étang au milieu de la route.

Les traces de pneus qui l’entourent n’offrent pas beaucoup de sécurité à droite ou à gauche. Après avoir examiné la situation, nous avons décidé à gauche et la voiture est passée avec une roue dans le marquage des pneus et l’autre dans la flaque. Environ quarante minutes de cauchemar plus tard, au cours desquelles nous avons bien sûr croisé des voitures avec le gravier, la vallée s’est considérablement élargie et nous avons commencé à traverser un désert de plus en plus rougeâtre.

À 11h05, nous arrivons au croisement de la C14 et tournons à gauche en direction de Sesriem. Il y avait 87 km. Juste après, tournez à droite sur la D-1273 en direction de Sesriem sur 10 km. À 11h17, nous tournons à gauche en direction de Maltahöhe sur la C19. Cette dernière section de la route était bien meilleure, mais vous deviez quand même surveiller la vitesse car vous vous retrouviez avec des sections plus sablonneuses, d'autres plus ondulées et d'autres avec des blocs de pierre, ce qui vous faisait perdre facilement la stabilité de la voiture. Finalement nous arrivons à 12h30. Camping du Sossus Oasis où nous allions passer les deux prochaines nuits à explorer Sesriem et Sossusvlei.

C'est l'hébergement qui nous a le plus coûté à fermer. Pour visiter Sossusvlei Il est préférable de rester à l'intérieur du parc national ou à la porte. Les différentes alternatives tombent très peu loin. Déjà en avril, il était impossible de trouver où camper à l'intérieur du parc. Dans le Camping du Sossus Oasis Nous avons eu deux nuits à la fin de notre voyage à travers Namibie. Avant tout était plein. Nous avons séjourné dans une unité privée composée d'une véranda ombragée et d'une salle de bain avec douche privée et coin buanderie. Il est à côté d'une station-service qui a un petit magasin et des fast-foods. À l’intérieur de la station-service se trouve la réception du camping, qui ferme à 18 heures.

Après le déjeuner, nous partons visiter le parc. Le entrée ça coute 80 $ par personne plus 10 $ de la voiture par jour. Il nous a fallu un certain temps pour entrer parce que le gardien de la porte s'était recroquevillé pendant longtemps avec tous ceux qui voulaient partir, et comme il n'y avait qu'une porte d'entrée et de sortie, il fallait attendre.

Après la fouille du véhicule, nous sommes allés à la réception du parc pour payer le permis et le préparer pour le lendemain. Comme il était deux heures et demie de l'après-midi et que cette semaine était fermée à 17h30, on nous a dit que nous n'avions que le temps de visiter Canyon de Sesriem et la dune Elim, qui sont juste à l'entrée du parc.

Pin
Send
Share
Send